Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Besoins
J'ai besoin qu'on m'aime.

Je pensais avoir besoin que tu m'aimes petit Sphinx.

Oui, ça aurait été beaucoup plus facile que tu m'aimes.

En fait on en a pas parlé. Mais je ne penses pas que tu m'aimes.

C'est plus simple si c'est quelqu'un d'autre qui nous aime. Quelqu'un d'autre que nous.

J'ai tellement d'amour à te donner. A te donner ?

A me donner.

Briser la carapace, tu disais, ce week-end.

Briser la carapace, mais c'est dur. Mais comment y arriver ? Après des années à l'avoir consolidée.

Pourquoi attendre des autres ce que je ne peux pas me donner ?

Pourquoi attendre des autres ? Tout court.

Aujourd'hui, j'ai voulu faire un pas en avant. Et c'était dur. L'elfe avait dit que ce serait dur. Je savais que ce serait dur. Mais c'était surtout dur avant. De lever le pied en l'air. Mais en le posant j'ai ressenti ce calme.

Je ne t'aime pas.

Enfin. Si. Je t'aime.

Mais pas comme ça.

Plus. Différemment.

Je cherchais à ce que tu combles un vide qui ne devrait pas exister. Que tu ne peux pas combler. Et ce vide a pris de telles proportions qu'il en est devenu un gouffre. Je suis devenue un gouffre.

Ces temps, quand je claviote, mes doigts gardent la majuscule pour JE en début de phrase. Comme si j'avais besoin d'affirmer ce JE.

On a beaucoup parlé ce week-end. Je n'ai pas pleuré, seulement à la fin. Les potions magiques m'ont fait tenir jusque-là. Tu m'as dit qu'il fallait laisser les potions magiques de côté quelques temps, juste pour ressentir et reconnaître les émotions. Tu avais raison. Depuis ce matin mes larmes coulent mais je me sens apaisée. Douloureusement, je vais vers le calme.

Je croyais me soigner de ton manque d'amour. Mais je soignais le mien. Je l'ai découvert cet après-midi. Grâce à toi, encore. Sans potion magique. Je me suis laissée submerger par les émotions. Par mes peurs. Par mes envies. Et je t'ai parlé. Demain je dors chez toi. Tu m'as dit que je savais où était la chambre d'amis. Je t'ai demandé laquelle, celle en haut de l'escalier ou celle à côté de la salle de bains. Tu m'as dit " :P Non, Mini-Beille, tu ne dormiras pas dans mon lit".

Je m'y attendais. Et je m'attendais à un gros coup dans la poitrine, ou quelque chose, un roulement de tonnerre. Mais rien. Juste une paix immense. Bien sûr que ça me fait chier. Bien sûr que j'aimerais que tu m'aimes et que tu aies envie de moi.

Mais tu m'aimes. Tu te soucies de moi. Peut-être pas comme ça. Mais tu ne vas pas me repousser. Tu ne vas pas me jeter de ta vie. Tu as une certaine forme d'attirance pour moi aussi. Sinon tu ne ferais pas ce que tu fais. Ces effleurements, ces danses, ces câlins, ces allusions.

Je dédramatise. J'apprends. Je grandis. Il est temps.

Demain j'aurai envie de parler un peu. Je viens de te le demander. En fait. C'est facile de te dire les choses maintenant. J'ai moins peur. J'ai moins peur que tu me rejettes. J'ai moins peur que tu te moques. Tu le fais moins, ça aide aussi.

En attendant, avant toi, je verrai l'elfe. Il a dit oui. Les gens me disent oui. Il faut demander. Demander pour être exaucé.

Et demain il faut que je cherche du boulot. Le mois d'avril est bientot là.

Ecrit par Mini-Beille, le Dimanche 10 Mars 2013, 21:58 dans la rubrique Maintenant.